Nissan vient à bout d’une longue nuit sur le Nurburgring

nissan-nurburgring

Deux Nissan GT-R NISMO GT3 sont venues à bout des 24 Heures du Nürburgring auxquelles participaient 160 voitures et 600 pilotes. Disputée sur le redoutable circuit du Nordschleife long de 25 kilomètres, la course des 24 Heures du Nürburgring est une des plus dures au monde.

Florian Strauss s’est distingué

Florian Strauss a fait sensation ce week-end, au sein de l’équipe Nissan. Son équipier Lucas Ordonez étant affaibli par une grippe,  le lauréat 2013 de la GT Academy Allemagne a dû conduire pendant un total de huit heures sur ce circuit qui compte 172 virages dont un grand nombre en aveugle. Un vrai challenge pour le jeune allemand qui ne possède que neuf mois de compétition automobile derrière lui !

« Ayant déjà participé à une course VLN sur ce circuit, je n’étais pas trop tendu, déclare-t-il. « Nous avons été un peu malchanceux en début de course. Je voulais mettre toutes les chances de mon côté pour essayer de remonter. A un endroit, j’ai rattrapé Chiyo-San (dans la Nissan N°30) et nous avons bataillé ensemble dans le trafic. C’était très excitant. Je me suis appliqué à garder mon sang froid et à trouver le bon rythme pour aider mon équipe du mieux que je le pouvais. »

Un début de course malchanceux

La malchance évoquée par Florian Strauss concerne un accrochage qui s’est produit dans le premier tour et qui a forcé son équipier, Alex Buncombe, à rentrer au stand. La réparation a fait perdre un tour d’entrée à cet équipage. Alex Buncombe a par la suite signé des temps comparables aux leaders mais, malgré tous ses efforts, ainsi que ceux de Nick Heidfeld et Florian Strauss, la montagne était trop haute à gravir.

La situation de cet équipage a été rendue d’autant plus difficile que Nick Heidfeld, auteur de très bons chronos dans ses relais, a été victime à son tour d’un accident dans la nuit.

« L’accident s’est produit après Foxhole, qui est une portion très rapide du circuit. Je sortais d’une bosse quand j’ai vu un feu jaune, puis deux. Cela signifiait que je rentrais dans une zone de ralentissement à 60 km/h. J’ai vu ces feux trop tard. J’ai freiné autant que j’ai pu. Deux voitures arrêtées obstruaient la piste. J’ai dû choisir entre heurter une de ces voitures ou passer dans l’herbe. J’ai choisi la voiture car je craignais que des commissaires puissent se trouver sur la piste à cet endroit », explique l’ancien pilote de F1.

La réparation a entraîné une heure d’immobilisation pour la GT-R N°80. 12eme dans sa catégorie, la Nissan la mieux classée est la GT-R N°24 qui était conduite par Kazanori Yamauchi, Jordan Tresson, Tobias Schulze et Michael Schulze.

nissan-nurburgring-1

via Europe Auto votre concessionnaire Nissan à Cannes et Antibes – Nissan High Performance Centre.

Facebook Comments